Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark

header.imagePlaceholder

header.clickToEdit

header.imagePlaceholderheader.backgroundPlaceholder

header.clickToEdit
Syndicat des Récoltants Professionnels d'Algues de Rive de Bretagne

Le Syndicat des Récoltants Professionnels d'Algues de Rive de Bretagne

Récolte de Palmaria Palmata, ©S.CUISNIER

Comment est né le SRPAR ?

Le Syndicat des Récoltants Professionnels d’Algues de Rives de Bretagne a été créé en janvier 2008. Quelques récoltants professionnels souhaitaient pouvoir être acteurs des décisions qui régissent la profession, et participer à l’animation de la filière. C’est à partir de là qu’est née l’idée de se rassembler en un syndicat professionnel avec l’objectif de défendre ses adhérents et la profession, de protéger la ressource, et d’aider à l’installation des nouveaux entrants.

Et aujourd’hui, quelle est la place du Syndicat ?

Il a fallu un peu de temps pour que les récoltants apprennent à se connaître, s’organisent, émettent des idées, les valident et soient force de propositions. La création du Syndicat leur a permis d’être reconnus et entendus au sein du Groupe de Travail Algues de rive qui était cogéré par le CRPMEM Bretagne, la Chambre Syndicale des Algues et des Végétaux Marins, et l’administration. Depuis 2012, des élections ont lieu au sein de la profession pour élire les membres du groupe de travail algues de rives. La dernière élection a eu lieu en 2017 pour une mandature qui se terminera en 2022, et XX adhérents du syndicat y on été élus.

Récolte de Chondrus Crsipus

Sur quels sujets travaille le Syndicat ?

Nous nous sommes saisis du problème de l‘Ascophylum nodosum car nous nous sommes aperçus que cette ressource avait tendance à disparaître alors que c’était la plus demandée. Cette démarche a finalement amené à la mise en place de jachères pour préserver cette espèce, et par conséquent notre travail.

Nous avons travaillé aussi sur la reconnaissance et la mise en place d’un statut de récoltant professionnel d’algues de rives : nous attendons la parution de ce statut dans le code rural et le code de la pêche maritime.

En 2009, l’Europe a mis en place une règlementation pour la certification biologique de la récolte d’algues. Ce fut un nouveau défi que de comprendre cette règlementation et de faire entendre la voix des récoltants professionnels pour que le texte soit au plus proche des réalités du terrain. Nous avons travaillé, dans le cadre du programme « algmarbio » porté par IBB Bretagne, à l’écriture d’un guide de bonnes pratiques dont on se sert toujours actuellement.

Aujourd’hui de nouveaux récoltants nous ont rejoins, quand d’autres ont pris une retraite bien méritée, et nous sommes actuellement 35 adhérents, avec toujours le même objectif : protéger la ressource et défendre notre métier.

Récolte de Chondrus Crispus, ©S.CUISNIER

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus